Territoires d'industrie

Au cœur du Sillon Lorrain, le Val de Lorraine, trait d’union entre les deux métropoles de Nancy et Metz, est fortement industrialisé le long de la vallée de la Moselle. L’industrie représente 22% des emplois (pour 6% des établissements du territoire).

 

 

L’initiative « Territoires d’industrie », lancée en 2018 par l’Etat, s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de reconquête industrielle et de développement des territoires. Elle vise à mobiliser de manière coordonnée les leviers d’intervention, qu’ils relèvent de l’État et de ses opérateurs, des collectivités territoriales et de leurs établissements publics ou des entreprises.

Au regard de ses atouts, le Val de Lorraine a été reconnu comme l’un des 20 territoires pilotes de la démarche sur les 136 labellisés « territoires d’industrie » pour développer une véritable dynamique territoriale et économique à l’échelle de 4 intercommunalités et de 531 établissements industriels.

 

 

Actualités

Résultats 1 à 2 sur 2 au total. 

 

 

Le développement économique sur le territoire du Val de Lorraine

Espace de liaison et d’articulation entre les deux métropoles de Metz et de Nancy, le Val de Lorraine compte 135 communes pour 121 514 habitants, regroupées au sein de 4 intercommunalités qui structurent cet espace.

Du Nord au Sud, et d’Ouest en Est, entre Madine/Chambley et l’aéroport régional, le territoire du Val de Lorraine est un carrefour stratégique au coeur de la Lorraine. Il est composé des 4 intercommunalité suivantes :

  • La Communauté de communes du Bassin de Pompey,
  • La Communauté de communes du Bassin de Pont-à-Mousson,
  • La Communauté de communes Mad & Moselle,
  • La Communauté de communes Seille et Grand Couronné,

 

Le Val de Lorraine met une priorité sur le développement économique. Ainsi, en 2017, les 4 EPCI ont consacré plus de 1 100 000  aux dépenses de fonctionnement et ont budgétisé 8 150 000 € d’investissement sur la période 2015 et 2017.

De plus, chaque EPCI s’est doté d’une ingénierie d’accompagnement du développement économique : 6 ETP sur le Val de Lorraine en charge de ce développement local.

Cette dynamique peut s’appuyer sur un partenariat fort  et efficace avec le réseau des chefs d’entreprises du Val de Lorraine : Val de Lorraine Entreprendre qui rayonne sur l’ensemble du Val de Lorraine et compte parmi ses membres les plus grandes entreprises du territoire (Saint Gobain Pont à Mousson, Sofidel France, UPM Raflatac, Crown Bevcan France etc) et un tissu dense de PME.

 

 

Ambition et priorités de Territoires d'Industrie

L’industrie représente 22% des emplois sur le Val de Lorraine (pour 6% des établissements du territoire dont 25 entreprises industrielles de plus de 50 salariés qui représentent près de 60% du nombre de salariés du territoire. Malgré un léger recul, l’emploi industriel reste à un niveau élevé (24% des emplois privés), proche du double de la moyenne nationale qui était de 13.9% en 2015.

On constate une baisse des emplois industriels et un déficit d’image des métiers de l’industrie qui engendrent des difficultés de recrutement et de maintien d’un savoir-faire. L’enjeu consisteen la conservation de ces savoir-faire et leur développement par des actions ciblées de formation etde valorisation des métiers et des entreprises présentes sur le territoire. Le manque de main-d’oeuvre entraine 4% des entreprises à devoir décliner certains marchés.

 

Le Val de Lorraine apparaît comme l’échelle la plus pertinente pour développer un maillage resserré et un accompagnement personnalisé des entreprises quant à leurs évolutions maisaussi face aux mutations économiques (élaboration d’une stratégie industrielle territoriale multi-acteurs).

Les signataires partagent les ambitions et priorités suivantes de reconquête industrielle et de développement territorial :

  • Appui au recrutement des entreprises industrielles – répondre aux besoins de compétences des entreprises à travers la mobilisation des outils de la formation et d’un service public de l’emploi local dédié à ces spécificités,
  • Résorption des friches eu égard à la raréfaction foncière, des sites en sous optimisation sur le territoire et des transformations industrielles,
  • Maintien de l’appui au système productif,